Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 08:52

participez!

 

Une de mes fiertés, dans mon existence d'éleveur, est d'avoir participé vingt-deux fois à la Foire aux ânes du lundi de Pentecôte à Lignières, et de l'avoir vu évoluer. De la foire de pays des années 90 aux dernières éditions auxquelles j'étais présent jusqu'en 2012, cette manifestation a connu un sommet de fréquentation autour de l'an 2000. A ce moment, les ânes se vendaient encore bien, les médias s'intéressaient à ce projet, des foules considérables se pressaient dans les allées et, surtout, il existait une convivialité entre les exposants qui donnait envie de revenir les années suivantes.
Dix ans plus tard, l'ambiance avait changé. Finis les concours d'ânes communs, qui attiraient vers le champ de foire une quantité d'animaux de qualité souvent égale, parfois supérieure, aux Grand Noir devenus le seul clou de la journée. Disparu le coté républicain de la fête, quand élus et présidents d'associations venaient faire le tour de la foire. Surtout, une norme nouvelle imposée: se substituant au défilé/spectacle des animaux que venait chercher le public, un concours de race Grand Noir bis transformé les présentations bruyantes et colorées d'avant en un interminable examen noté de chaque bête présentée, agrémenté de remarques désobligeantes sur l'état de certains animaux.
Au fil des années, le nombre de visiteurs et d'animaux présentés s'est lentement affaissé, les organisateurs sont devenus plus distants et une partie des exposants franchement imbuvable.
L'année dernière, j'avais préparé un animal pour fêter la dernière foire organisée par les Thiaulins, en hommage à tout leur courage passé: une pluie persistante à noyé mes intentions. Cette année, j'ai décidé de m'abstenir complètement.
Mon optimisme naturel m'incite à croire que cette foire connaîtra un jour un renouveau qui me donnera à nouveau envie d'aller y vivre une journée de fête. Je vais suivre dans les mois à venir les signaux éventuels de ce nouveau départ, s'ils me parviennent un jour!

 

 

248px-Antipub.svgDepuis peu, la plate-forme "Overblog" qui héberge ce blog a pris la liberté d'envahir cet espace avec des publicités intempestives. Cette initiative est contraire à mes principes. Merci d'ignorer ces réclames qui corrompent mon travail et de boycotter les annonceurs responsables de cette pollution visuelle.


Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 11:20

Martinerie1

 

Pour un jeune né dans l’Indre ou dans le Cher, la base militaire de la Martinerie, près de Châteauroux, a longtemps été un endroit qui inspirait plus la crainte que la sympathie. Loin du centre-ville et de la gare, sinistre, comme la plupart des casernes, la Martinerie n’était pas spécialement un lieu où on avait envie de passer un an de sa vie sous l’uniforme.
Puis le temps s’est écoulé, le service national a été suspendu par le président Chirac, et ce camp militaire a perdu cette activité qu’on lui connaissait quand on circulait sur la route qui le traverse. Compagnies au garde-à-vous, camions bâchés de kaki, véhicules école, plantons frigorifiés ont peu à peu disparu du paysage. Cette base fantôme a commencé à évoquer un de ces lieux morts qu’affectionnent les photographes et les amateurs de films apocalyptiques, les herbes folles envahissant les allées qui avaient été damées si souvent par les semelles à crampons.
Cette prolifération végétale est aujourd’hui partiellement mise à mal par un petit bataillon de bêtes noires, dont au moins deux ânes (ou ânesses?) de notre race régionale et plusieurs bovins de la même couleur, sans que je puisse identifier de quelle vaches il s’agit.
Les animaux divaguent dans un grand espace, fermé par la clôture du camp et complété par un fil électrique. On voit qu’ils sont en excellent état, et qu’on a pris le soin de mettre à leur disposition des stalles contre le mauvais temps. Cette initiative, originale et audacieuse, mérite d’être saluée.

 

Martinerie2

 

Il existe des terrains militaires désaffectés dans toutes les régions françaises, et plusieurs d’entre elles sont le berceau de races asines. L’exemple de la Martinerie pourrait donner des idées bénéfiques à certains commandants chargés de la gestion de ces espaces.
Conclusion surprenante: l’âne a peut-être sa place dans l’armée!

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 10:36

tableau-ânes

 

La vie d’éleveur d’ânes Grand Noir réserve toutes sortes de surprises, souvent mauvaises quand la santé d’un de ses animaux est compromise, parfois heureuses, quand les gens au grand cœur vous témoignent leur amitié.
Que ces lignes soient le remerciement sincère que j’adresse à madame Bernadette Blussiaud, qui m’a offert cette adorable huile sur toile, pour avoir apprécié les billets publiés dans ce blog. Même si le scan est imparfait, regardez les yeux des animaux, et comparez les à ce que vous voyez chez vous, ou dans les rassemblements asins. Le talent de ce peintre a permis de restituer avec finesse la tranquillité d’une petite famille, sans toutes ces contorsions graphiques que certains s’ingénient à produire dans l’espoir de vendre le produit de leur art. Je ne connais pas cette dame, malheureusement, mais j’ai son adresse mail. Par discrétion, il est évident que je ne la communiquerai pas en public mais si vous êtes intéressé(e) par son travail, je vous propose de me laisser un message à l’adresse suivante:
berrymedieval#yahoo.fr (le # remplace le @, rien que pour embêter les robots spammeurs)
que le lui adresserai en privé.
Bon été à toutes et tous!

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 08:40

retour

Retour de foire

 

On s’y attendait chaque année depuis la 25e édition: la foire aux ânes et mulets de Lignières repliera définitivement ses cordes et ses stands le soir du lundi de Pentecôte 2013, 28e et ultime édition d’un phénomène unique en son genre, dont on parlera encore et encore dans des années.
J’ai reçu, comme beaucoup d’autres, je suppose, un courrier des Thiaulins m’informant de leur décision de ne pas prolonger l’aventure. Lundi 20 mai, 17h, la foire aura vécu.
Exprimer des regrets ne sert à rien, et je ne peux faire aucun reproche à cette équipe, que j’ai vu travailler depuis ma première participation en 1992. Le bilan de son travail est colossal. Lignières a été le ferment d’une nouvelle culture qui a mis l’âne au centre d’un mode de vie que nous sommes aujourd’hui des dizaines de milliers à partager. Est-ce un bien? Est-ce un mal? L’élevage d’ânes tient un peu d’un sport de l’extrême conjugué à l’entretien d’une danseuse: on y prend des coups et on s’y ruine, chacun vit ça à sa mesure. Les Thiaulins ne nous ont pas forcés à nous lancer dans l’élevage, tout juste ont-ils su nous donner le goût de l’aventure, ce qui est déjà beaucoup.
Maintenant, c’est la manière dont l’héritage va être partagé qui m’inquiète un peu. Il semble peu probable que Lignières abandonne complètement ce projet de foire. Il suffit de faire le tour des commerçants et restaurateurs des environs pour s’en convaincre: la Pentecôte a formé une bulle économique qu’il serait suicidaire pour une région en crise de laisser éclater.
Qui pour maintenir l’animation ce jour de Pentecôte? Il y a eu derrière la foire toute l’expérience des Thiaulins et tout leur savoir-faire pour donner à la manifestation un ton unique qui distingue Lignières des autres rassemblements d’ânes. Depuis longtemps, cette foire n’en est plus une. La multiplication des initiatives concurrentes, la dispersion dans tous les horizons du troupeau Grand Noir qui a vidé la région d’une grande partie des animaux emblématiques du lundi de Pentecôte, la crise économique, la génétique catastrophique ont réduit la démographie de la race asine régionale. De foire, Lignières est devenue une sorte de convention de l’Âne, attendant des jours meilleurs, mais attirant toujours un public qu’on ne trouve pas ailleurs. Si cet aspect culturel disparaît, l’ événement deviendra aussi banal que toutes les initiatives qui ont tenté de l’imiter depuis toutes ces années, et la foire aura perdu son sens.
En attendant ces lendemains incertains, je me fais le relais des organisateurs pour vous proposer de venir nous serrer la main une dernière fois dans les effluves de crottin et de goudron de Norvège. Peut-être vais-je marquer cette ultime édition en ramenant mon Huriel faire un dernier tour de piste, le plus bel hommage que je puisse rendre à Mic Baudiment et à ses acolytes...

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 09:40

Patrick1

 

Considérant Internet comme un lieu d'échange et de partage, je viens aujourd'hui vers vous non pas pour vous donner des informations, mais pour vous demander de l'aide au nom d'un de mes vieux copains âniers.
J'ai connu Patrick dans les années 2000, et découvert qu'il était presque mon voisin, à quelques cantons près. Il ne s'était pas, comme moi, spécialisé dans une race mais était à la tête d'un troupeau de loisirs, organisant fêtes et promenades dans les alentours du massif de Tronçais.
Patrick a été amené à quitter la région, puis, suite à un grave problème de santé, d'abandonner ses activités avec ses animaux, se séparant de tous ses ânes.
Il y a quelques jours, il a lancé sur Facebook une demande d'aide que je m'empresse de relayer. Je le cite presque intégralement, occultant juste le nom de son contact dans le Tarn:
"Voilà l'histoire. Suite à des problèmes de santé, en Septembre 2011, j'ai vendu mes trois ânes à un Monsieur Alain JXXXY qui montait un complexe touristique à l'Isle-sur-Tarn (81) et qui souhaitait utiliser mes trois ânes pour proposer des activités de « tourisme vert » à ses clients. Monsieur JXXXY m'avait promis (et c 'était une des conditions de la vente) qu'il me donnerait des nouvelles des ânes, que je pourrais venir les voir aussi souvent que je le voulais et que, si pour une raison ou une autre il décidait de s'en séparer, il me préviendrait avant de le faire.

 

Patrick2

 

Effectivement je retourné les voir un ou deux mois après la vente et les ânes étaient vraiment très bien installés et en parfaite santé, même si Monsieur JXXXY semblait avoir quelques difficultés avec RUSTY qui était très « lié » avec moi (il était né dans mes bras) et qui avait un peu de mal à supporter sa séparation d'avec moi, même s'il était resté avec ses deux copines (ce qui était une autre condition de la vente, que les trois ânes restent ensemble, je les vendais tous les trois en semble ou pas du tout).

Début 2012, à chaque fois que j'appelais sur le portable de Monsieur JXXXY je tombais sans cesse sur sa messagerie. Il ne me rappelait pas malgré les messages que je lui laissait. Pareil avec sa boîte courriel. Mes messages restaient sans réponse. Jusqu'à ce que j'apprenne récemment qu'apparemment, il avait mis la clé sous la porte, son projet ayant échoué, et sans doute donc revendu les ânes ….

Aussi je jette cette « bouteille à la mer » puisque dès fois internet fait des miracles. Je ne veux nullement importuner les nouveaux propriétaires, j'aimerai seulement avoir des nouvelles de mes ânes qui ont partagé une dizaine d'années de ma vie. Ceux qui ont des animaux comprendront, je pense, ma démarche.

Si jamais vous êtes vétérinaire, maréchal ferrant ou tout simplement que vous connaissez les nouveaux propriétaires de IROISE, RUSTY et MAËVA, merci de les informer de ce message. Possibilité de me contacter sur ma boîte courriel qui est NIRAG82#hotmail.fr . Un TRES GRAND MERCI d'avance à tous ceux qui « joueront le jeu » et feront circuler ce message."

 

Patrick3

 

Si, d'aventure, vous aviez des informations sur la destiné de ces trois animaux, nous vous serions reconnaissants de nous donner de leurs nouvelles soit à l'adresse mail de Patrick, notée plus haut, soit à la mienne:
berrymedieval#yahoo.fr
(le # pour le @, pour neutraliser les spams)

Merci d'avance!

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 12:24

Faâ-2011

 

J'ai le plaisr de commencer cette nouvelle année avec une information qui fera plaisir aux nombreux amateurs d'ânes et de mules qui fréquentent ces pages.
Vers la mi-décembre, la presse locale a relayé la décision du conseil d'administration de l'association des Thiaulins de Lignières, dans le Cher, d'organiser cette année encore sa traditionnelle foire aux ânes et aux mules de la Pentecôte (lundi 20 mai 2013).
Depuis plusieurs années, nous craignions tôt ou tard le tarissement de cette initiative, épuisante et chronophage pour les membres de Thiaulins, et je n'aurais pas parié, le soir de la fête 2012, sur le maintien de cette manifestation une année supplémentaire.
Néanmoins, et tout le monde est à peu près d'accord sur ce point, la foire ne pourra durer dans l'état bien des années encore et ça serait une bonne chose que les éleveurs partenaires de cet événement, et pas seulement ceux membres des associations locales, puissent être associés à la réflexion sur l'avenir de ce qui a été longtemps la locomotive de l'élevage asin en France et qui reste une référence en la matière.

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 12:46

BR

 

J’ai bondi vendredi dernier en découvrant dans le Berry républicain, quotidien local, une photographie tirée de ce blog, censée illustrer l’annonce d’une course aux ânes prévue pour la fête de la Chasse de Meillant, et ceci pour plusieurs raisons.
Cette photographie a été vue sur mon blog plusieurs milliers de fois. Même si le risque de confusion est mince, son utilisation peut laisser sous-entendre une relation entre mon élevage et cette fête. Une mise au point s’impose: mes animaux ne participent pas à ce genre de liesse, et la chasse est interdite dans toutes les parcelles que j’utilise.
L’auteur de l’article a fait son travail honnêtement. Il ne pouvait pas savoir, faute d’information, que la photo se trouvant dans sa base documentaire était une copie non autorisée d’une illustration provenant d’un de mes articles. Il ignorait que cette photographie a été prise avec un simple APN, pas avec un de ces beaux appareils que les professionnels de la photographie promènent sur les foires, fêtes ou concerts où je les croise parfois.
La personne qui a recopié ma photo n’a pas du penser que ce n’était pas une prise de vue au hasard, comme des millions de gens en font avec leur téléphone portable, que j’avais choisi l’heure, l’ensoleillement et le cadrage pour éviter les verrues du paysage et mon ombre sur l’image, puis effacé une bonne trentaine de ses semblables avant de garder celle qui me convenait à peu près.
Mais elle ne pouvait pas ignorer les règles en matière de crédit photographique (les professionnels de l’image sont en général très chatouilleux sur la question et assez procéduriers quand il s’agit de défendre leurs droits). Mes blogs sont des espaces gratuits, libres de publicité, prévus pour être accessibles au plus grand nombre. Ceci ne dispense pas les journalistes de métier de respecter la Loi.

 

P1030874.jpg

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 09:25

FAA-21012-1

 

La foire aux ânes 2012, à Lignières-en-Berry a été pour moi une source d’étonnements. Cette foire, je crois l’avoir visitée pour la première fois en 1988 ou 1989. J’y ai exposé mon premier animal en 1992 et, depuis, je n’en ai manqué qu’une seule édition pour un soucis de véhicule. J’y ai présenté mes bêtes avec un bras dans le plâtre, j’ai fait grève pour y assister l’année où le bon m. Raffarin a voulu supprimer le congé du lundi de Pentecôte, j’y ai été juge, j’ai aidé certaines années à la monter...Bref, et même si certains de mes “amis” continuent à serrer les dents à en attraper des caries quand ils m’y croisent, je m’y sens un peu chez moi. Et quand on est chez soi, on repère vite les invités qui mettent du désordre.
Oh non, pas celui auquel vous pensez. Les marchands d’ânes aux trois-quarts ivres beuglant en fin de foire, se bousculant même quand les choses tournaient à l’aigre, c’est du passé. Passé aussi le temps où les premiers éleveurs se connaissaient tous, où l’on se concertait entre étalonniers pour assurer la plus belle présentation possible des baudets, dans le respect des propriétaires les plus âgés. Les seuls uniformes qu’on trouvait sur la foire étaient ceux des agents des Haras, des gendarmes et, quand le soleil avait tapé un peu fort, celui des pompiers.
Cette année, les codes vestimentaires répondaient plus au folklore des hippodromes qu’à celui des champs de foire. Comme, j’imagine, dans une certaine société du Cheval, on  a marqué nettement la distance, on a déballé des kilos de matériel, de crèmes, de lustrant pour bien montrer où on se situe sur l’échelle des valeurs des propriétaires d’équidés.
L’individualisme a fait aussi des progrès: c’est la première fois sur un concours que je vois une bonne douzaine d’exposants passer devant ma fille dont l’ânesse ne voulait pas avancer sans faire un geste pour l’aider. C’est le plus âgé des meneurs, un habitué du lieu, qui a été assez sympathique pour donner la petite tape sur la croupe de l’animal pour débloquer la situation. Qu’il en soit ici remercié.
En résumé, la foire 2012 a apporté une preuve de plus que l’élevage Grand Noir se porte mal. Heureusement, il reste des éleveurs sur foirail, et j’entends par éleveurs des gens qui ont développé leur souche, qui ont des naissances, qui savent ce qu’est une saillie, qui ont perdu des animaux, qui interviennent spontanément quand il y a un problème avec un baudet, qui donnent un coup de main pour aider à monter dans le van une bête fatiguée. Mais combien sont-ils?
Moins assurément que ces propriétaires qui étalent leur suffisance parce qu’acquéreurs de belles ânesses Grand Noir, et qui vous toisent parce que vos animaux sont plus âgés que les leurs. Dommage qu’ils soient venus si tard à Lignières: il y a quinze ans, ils auraient vu des ânes aussi beaux, sinon plus, nés dans les élevages pionniers, sans tous ces falbalas.
On ne sait trop ce que va devenir la foire du lundi de Pentecôte à Lignières. On espère que la formule actuelle va encore durer un peu, et, si tel état le cas, je me ferai un honneur et un plaisir de continuer à la fréquenter, et à m’y comporter comme dans les tout débuts, en souvenir de tous ces âniers des premiers temps qui ont mis le Grand Noir sur pieds, et dont j’ai un peu l’impression qu’on est en train de dilapider l’héritage.

 

FAA-2012-2

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 18:49

Berry-mag-n°102

 

La revue trimestrielle Berry magazine, avec laquelle je collabore depuis deux ans, m'a offert un espace pour faire le point sur l'histoire de l'âne en Berry, des origines hypothétiques jusqu'à la reconnaissance de la race Grand Noir. Vous pouvez retrouver ce dossier dans le numéro d'été, au prix de 8€ dans la plupart des maisons de la Presse des départements du Centre et certaines grandes surfaces.

Les amateurs d'histoire locale trouveront aussi un point sur la disparition d'un petit manoir bourbonnais vendu à un Américain dans les années qui suivirent la Grande guerre, et disparu depuis.

Bonne lecture, et bon été à toutes et tous!

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 23:15

visites blog

 

Je ne sais pas, vous, mais moi, je m'ennuie  profondément devant les émissions de la télévision qui parlent du Berry. A les écouter, j'ai toujours l'impression qu'on parle d'un vernis pour touriste aussi différend de la réalité que le verre d'une bouteille peut l'être du vin qu'elle contient, aussi me suis-je dispensé sans remords de regarder Des racines et des ailes il y a deux semaines. A ce qu'on m'en a dit, l'âne noir y a été mis en valeur et  j'en suis très heureux pour les éleveurs qui ont représenté la race.
C'est donc avec une certaine surprise amusée que j'ai découvert, quelques jours après, ce pic de fréquentation enregistré par mon blog Âne Grand Noir du Berry, qui prouve que les téléspectateurs, cherchant des précisions sur l'âne du Berry, sont arrivés en masse dans cet espace. L'ironie de la situation, c'est qu'aucun âne de Meslon n'était au sommaire du reportage, mais que ce sont bien eux que les gens sont venus découvrir une fois l'émission passée. Merci donc à Antenne 2 pour ce coup promotionnel aussi involontaire qu'efficace!

Repost 0
Published by Olivier Trotignon - dans actualité
commenter cet article

Présentation

  • : L'âne Grand Noir du Berry
  • L'âne Grand Noir du Berry
  • : blog dédié à l'âne Grand Noir du Berry, publié par un éleveur du Centre de la France. Culture, histoire, conseils, vente d'ânes, reproduction
  • Contact

Visiteurs


  31838 visites au 15 mars 2015

Merci de votre intérêt pour le Grand Noir!

Rechercher

géographie des visiteurs

Archives

NON aux éoliennes géantes

Non aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles sur les communes en Boischaut!
Visitez le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

Texte Libre

Free Leonard Peltier

 

 

arton53

 

 

If you are american citizen, please, help us to set Leonard Peltier free. This american-indian, member of American Indian Movement, is in jail since 1976. Many people and I believe this man is not a criminal, but a political prisonner, the oldest in the world.
If you believe in Justice, ask, if you can, your local politicians to listen to our call.
Check and share this link:

 

leonard peltier

 

Thancks a lot.

Catégories