Vendredi 20 juin 2014 5 20 /06 /Juin /2014 08:52

participez!

 

Une de mes fiertés, dans mon existence d'éleveur, est d'avoir participé vingt-deux fois à la Foire aux ânes du lundi de Pentecôte à Lignières, et de l'avoir vu évoluer. De la foire de pays des années 90 aux dernières éditions auxquelles j'étais présent jusqu'en 2012, cette manifestation a connu un sommet de fréquentation autour de l'an 2000. A ce moment, les ânes se vendaient encore bien, les médias s'intéressaient à ce projet, des foules considérables se pressaient dans les allées et, surtout, il existait une convivialité entre les exposants qui donnait envie de revenir les années suivantes.
Dix ans plus tard, l'ambiance avait changé. Finis les concours d'ânes communs, qui attiraient vers le champ de foire une quantité d'animaux de qualité souvent égale, parfois supérieure, aux Grand Noir devenus le seul clou de la journée. Disparu le coté républicain de la fête, quand élus et présidents d'associations venaient faire le tour de la foire. Surtout, une norme nouvelle imposée: se substituant au défilé/spectacle des animaux que venait chercher le public, un concours de race Grand Noir bis transformé les présentations bruyantes et colorées d'avant en un interminable examen noté de chaque bête présentée, agrémenté de remarques désobligeantes sur l'état de certains animaux.
Au fil des années, le nombre de visiteurs et d'animaux présentés s'est lentement affaissé, les organisateurs sont devenus plus distants et une partie des exposants franchement imbuvable.
L'année dernière, j'avais préparé un animal pour fêter la dernière foire organisée par les Thiaulins, en hommage à tout leur courage passé: une pluie persistante à noyé mes intentions. Cette année, j'ai décidé de m'abstenir complètement.
Mon optimisme naturel m'incite à croire que cette foire connaîtra un jour un renouveau qui me donnera à nouveau envie d'aller y vivre une journée de fête. Je vais suivre dans les mois à venir les signaux éventuels de ce nouveau départ, s'ils me parviennent un jour!

Par Olivier Trotignon - Publié dans : actualité - Communauté : Monde Animals
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 1 octobre 2013 2 01 /10 /Oct /2013 11:20

Martinerie1

 

Pour un jeune né dans l’Indre ou dans le Cher, la base militaire de la Martinerie, près de Châteauroux, a longtemps été un endroit qui inspirait plus la crainte que la sympathie. Loin du centre-ville et de la gare, sinistre, comme la plupart des casernes, la Martinerie n’était pas spécialement un lieu où on avait envie de passer un an de sa vie sous l’uniforme.
Puis le temps s’est écoulé, le service national a été suspendu par le président Chirac, et ce camp militaire a perdu cette activité qu’on lui connaissait quand on circulait sur la route qui le traverse. Compagnies au garde-à-vous, camions bâchés de kaki, véhicules école, plantons frigorifiés ont peu à peu disparu du paysage. Cette base fantôme a commencé à évoquer un de ces lieux morts qu’affectionnent les photographes et les amateurs de films apocalyptiques, les herbes folles envahissant les allées qui avaient été damées si souvent par les semelles à crampons.
Cette prolifération végétale est aujourd’hui partiellement mise à mal par un petit bataillon de bêtes noires, dont au moins deux ânes (ou ânesses?) de notre race régionale et plusieurs bovins de la même couleur, sans que je puisse identifier de quelle vaches il s’agit.
Les animaux divaguent dans un grand espace, fermé par la clôture du camp et complété par un fil électrique. On voit qu’ils sont en excellent état, et qu’on a pris le soin de mettre à leur disposition des stalles contre le mauvais temps. Cette initiative, originale et audacieuse, mérite d’être saluée.

 

Martinerie2

 

Il existe des terrains militaires désaffectés dans toutes les régions françaises, et plusieurs d’entre elles sont le berceau de races asines. L’exemple de la Martinerie pourrait donner des idées bénéfiques à certains commandants chargés de la gestion de ces espaces.
Conclusion surprenante: l’âne a peut-être sa place dans l’armée!

Par Olivier Trotignon - Publié dans : actualité - Communauté : Monde Animals
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 3 août 2013 6 03 /08 /Août /2013 10:36

tableau-ânes

 

La vie d’éleveur d’ânes Grand Noir réserve toutes sortes de surprises, souvent mauvaises quand la santé d’un de ses animaux est compromise, parfois heureuses, quand les gens au grand cœur vous témoignent leur amitié.
Que ces lignes soient le remerciement sincère que j’adresse à madame Bernadette Blussiaud, qui m’a offert cette adorable huile sur toile, pour avoir apprécié les billets publiés dans ce blog. Même si le scan est imparfait, regardez les yeux des animaux, et comparez les à ce que vous voyez chez vous, ou dans les rassemblements asins. Le talent de ce peintre a permis de restituer avec finesse la tranquillité d’une petite famille, sans toutes ces contorsions graphiques que certains s’ingénient à produire dans l’espoir de vendre le produit de leur art. Je ne connais pas cette dame, malheureusement, mais j’ai son adresse mail. Par discrétion, il est évident que je ne la communiquerai pas en public mais si vous êtes intéressé(e) par son travail, je vous propose de me laisser un message à l’adresse suivante:
berrymedieval#yahoo.fr (le # remplace le @, rien que pour embêter les robots spammeurs)
que le lui adresserai en privé.
Bon été à toutes et tous!

Par Olivier Trotignon - Publié dans : actualité - Communauté : Monde Animals
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 24 avril 2013 3 24 /04 /Avr /2013 08:40

retour

Retour de foire

 

On s’y attendait chaque année depuis la 25e édition: la foire aux ânes et mulets de Lignières repliera définitivement ses cordes et ses stands le soir du lundi de Pentecôte 2013, 28e et ultime édition d’un phénomène unique en son genre, dont on parlera encore et encore dans des années.
J’ai reçu, comme beaucoup d’autres, je suppose, un courrier des Thiaulins m’informant de leur décision de ne pas prolonger l’aventure. Lundi 20 mai, 17h, la foire aura vécu.
Exprimer des regrets ne sert à rien, et je ne peux faire aucun reproche à cette équipe, que j’ai vu travailler depuis ma première participation en 1992. Le bilan de son travail est colossal. Lignières a été le ferment d’une nouvelle culture qui a mis l’âne au centre d’un mode de vie que nous sommes aujourd’hui des dizaines de milliers à partager. Est-ce un bien? Est-ce un mal? L’élevage d’ânes tient un peu d’un sport de l’extrême conjugué à l’entretien d’une danseuse: on y prend des coups et on s’y ruine, chacun vit ça à sa mesure. Les Thiaulins ne nous ont pas forcés à nous lancer dans l’élevage, tout juste ont-ils su nous donner le goût de l’aventure, ce qui est déjà beaucoup.
Maintenant, c’est la manière dont l’héritage va être partagé qui m’inquiète un peu. Il semble peu probable que Lignières abandonne complètement ce projet de foire. Il suffit de faire le tour des commerçants et restaurateurs des environs pour s’en convaincre: la Pentecôte a formé une bulle économique qu’il serait suicidaire pour une région en crise de laisser éclater.
Qui pour maintenir l’animation ce jour de Pentecôte? Il y a eu derrière la foire toute l’expérience des Thiaulins et tout leur savoir-faire pour donner à la manifestation un ton unique qui distingue Lignières des autres rassemblements d’ânes. Depuis longtemps, cette foire n’en est plus une. La multiplication des initiatives concurrentes, la dispersion dans tous les horizons du troupeau Grand Noir qui a vidé la région d’une grande partie des animaux emblématiques du lundi de Pentecôte, la crise économique, la génétique catastrophique ont réduit la démographie de la race asine régionale. De foire, Lignières est devenue une sorte de convention de l’Âne, attendant des jours meilleurs, mais attirant toujours un public qu’on ne trouve pas ailleurs. Si cet aspect culturel disparaît, l’ événement deviendra aussi banal que toutes les initiatives qui ont tenté de l’imiter depuis toutes ces années, et la foire aura perdu son sens.
En attendant ces lendemains incertains, je me fais le relais des organisateurs pour vous proposer de venir nous serrer la main une dernière fois dans les effluves de crottin et de goudron de Norvège. Peut-être vais-je marquer cette ultime édition en ramenant mon Huriel faire un dernier tour de piste, le plus bel hommage que je puisse rendre à Mic Baudiment et à ses acolytes...

Par Olivier Trotignon - Publié dans : actualité - Communauté : Monde Animals
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Dimanche 31 mars 2013 7 31 /03 /Mars /2013 09:40

Patrick1

 

Considérant Internet comme un lieu d'échange et de partage, je viens aujourd'hui vers vous non pas pour vous donner des informations, mais pour vous demander de l'aide au nom d'un de mes vieux copains âniers.
J'ai connu Patrick dans les années 2000, et découvert qu'il était presque mon voisin, à quelques cantons près. Il ne s'était pas, comme moi, spécialisé dans une race mais était à la tête d'un troupeau de loisirs, organisant fêtes et promenades dans les alentours du massif de Tronçais.
Patrick a été amené à quitter la région, puis, suite à un grave problème de santé, d'abandonner ses activités avec ses animaux, se séparant de tous ses ânes.
Il y a quelques jours, il a lancé sur Facebook une demande d'aide que je m'empresse de relayer. Je le cite presque intégralement, occultant juste le nom de son contact dans le Tarn:
"Voilà l'histoire. Suite à des problèmes de santé, en Septembre 2011, j'ai vendu mes trois ânes à un Monsieur Alain JXXXY qui montait un complexe touristique à l'Isle-sur-Tarn (81) et qui souhaitait utiliser mes trois ânes pour proposer des activités de « tourisme vert » à ses clients. Monsieur JXXXY m'avait promis (et c 'était une des conditions de la vente) qu'il me donnerait des nouvelles des ânes, que je pourrais venir les voir aussi souvent que je le voulais et que, si pour une raison ou une autre il décidait de s'en séparer, il me préviendrait avant de le faire.

 

Patrick2

 

Effectivement je retourné les voir un ou deux mois après la vente et les ânes étaient vraiment très bien installés et en parfaite santé, même si Monsieur JXXXY semblait avoir quelques difficultés avec RUSTY qui était très « lié » avec moi (il était né dans mes bras) et qui avait un peu de mal à supporter sa séparation d'avec moi, même s'il était resté avec ses deux copines (ce qui était une autre condition de la vente, que les trois ânes restent ensemble, je les vendais tous les trois en semble ou pas du tout).

Début 2012, à chaque fois que j'appelais sur le portable de Monsieur JXXXY je tombais sans cesse sur sa messagerie. Il ne me rappelait pas malgré les messages que je lui laissait. Pareil avec sa boîte courriel. Mes messages restaient sans réponse. Jusqu'à ce que j'apprenne récemment qu'apparemment, il avait mis la clé sous la porte, son projet ayant échoué, et sans doute donc revendu les ânes ….

Aussi je jette cette « bouteille à la mer » puisque dès fois internet fait des miracles. Je ne veux nullement importuner les nouveaux propriétaires, j'aimerai seulement avoir des nouvelles de mes ânes qui ont partagé une dizaine d'années de ma vie. Ceux qui ont des animaux comprendront, je pense, ma démarche.

Si jamais vous êtes vétérinaire, maréchal ferrant ou tout simplement que vous connaissez les nouveaux propriétaires de IROISE, RUSTY et MAËVA, merci de les informer de ce message. Possibilité de me contacter sur ma boîte courriel qui est NIRAG82#hotmail.fr . Un TRES GRAND MERCI d'avance à tous ceux qui « joueront le jeu » et feront circuler ce message."

 

Patrick3

 

Si, d'aventure, vous aviez des informations sur la destiné de ces trois animaux, nous vous serions reconnaissants de nous donner de leurs nouvelles soit à l'adresse mail de Patrick, notée plus haut, soit à la mienne:
berrymedieval#yahoo.fr
(le # pour le @, pour neutraliser les spams)

Merci d'avance!

Par Olivier Trotignon - Publié dans : actualité - Communauté : Monde Animals
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 2 février 2013 6 02 /02 /Fév /2013 19:03

Julien&François

 

Triant des diapositives, j'ai eu le grand plaisir de retrouver cette photographie qui date de la foire aux ânes de la Pentecôte 1996, à Lignières, dans le Cher, plaisir mélangé de nostalgie, deux des trois sujets figurant sur le cliché nous ayant quitté.
L'âne est François de Coursey, mort il y a quelques années. François a fait partie de la toute première génération de baudets Grand Noir reconnus pas les Haras nationaux, et repérés antérieurement sur leurs critères morphologiques. Cet animal avait été acheté, sauf erreur de ma part, dans la Creuse, et a passé tout le reste de sa vie à Courçais, dans l'Allier, chez ses propriétaires, Julien et Liliane Verneuil, qui ont fait partie des tout premiers étalonniers en race GNB. Pendant une demi-douzaine d'années, François a voyagé et représenté la race à Lignières, Blois, Pompadour et Paris (salon du cheval). Prenant de l'âge, il avait laissé sa place à des baudets plus grands et plus jeunes, qui a leur tour ont cédé leur tour à de nouvelles bêtes. François était un âne agréable, docile, qui présentait une variété génétique intéressante, malheureusement sous exploitée dans l'ombre des baudets nationaux qui ont inondé la race des mêmes souches. François n'a pas eu de descendant mâle direct et ses gènes se sont dilués au gré des saillies. J'ai tenté par trois fois d'obtenir des produits de cet âne avec mes femelles compatibles, mais ces unions n'ont pas été fertiles, ce qui est fort dommage, car il donnait ce noir de robe si recherché dans les premières années. Je possède néanmoins deux de ses petites filles, nées de mon mâle Huriel.
Inséparables de leur âne, Julien et Liliane Verneuil présentaient toujours François de manière colorée, des pompons de laine accrochés au licol.
Un jour, François ne s'est pas relevé. Plusieurs années après, c'est Julien qui nous quittait à son tour, laissant un vide immense pour sa famille et ses amis. Ce couple était dévoué à la cause du Grand Noir et a fait partie de ceux qui ont mis la race sur les fonds baptismaux, avec patience et modestie, à des années-lumière des falbalas ridicules de certains prétendus éleveurs comme on en voit de plus en plus sur le champ de foire de Lignières. Que ces lignes soient un hommage personnel à leur vaillance et à leur amitié.

Par Olivier Trotignon - Publié dans : souvenirs d'élevage - Communauté : Monde Animals
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 27 janvier 2013 7 27 /01 /Jan /2013 18:11

Fiana-maison

 

Il y a une vingtaine d'années, Tara, notre première ânesse, avait donné naissance à un ânon, une petite femelle, qu'il avait été impossible de laisser en compagnie de Cyrano, son père. J'avais donc isolé, en attente d'une solution, Tara et la petite Fiana dans notre jardin, où la petite bête a passé ses premières semaines. La mère et la fille couchaient dans une écurie le soir, et étaient laissées en liberté sur la pelouse quand nous étions présents à la maison dans la journée.

 

Tara-Fiana-maison

 

C'est ainsi qu'ayant complètement oublié de fermer la grille qui servait naguère à empêcher les chiens et les poules de rentrer dans la maison, j'ai eu la surprise de voir entrer Tara et son ânon, pour une exploration en règle de l'endroit où nous vivions.
Contrairement à ce qu'on aurait pu craindre, les deux ânesses ont louvoyé entre les meubles et les objets fragiles sans provoquer de désastre, et il a même fallu insister pour les mettre à la porte.

 

Tara-maison

 

Je n'avais à l'époque qu'un petit appareil photo chargé en diapositives. Les scans sont un peu décevants, mais sont tout de même suffisants pour illustrer ce qu'à l'époque nous pouvions appeler "avoir un âne à la maison".

Par Olivier Trotignon - Publié dans : souvenirs d'élevage - Communauté : Monde Animals
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mercredi 2 janvier 2013 3 02 /01 /Jan /2013 12:24

Faâ-2011

 

J'ai le plaisr de commencer cette nouvelle année avec une information qui fera plaisir aux nombreux amateurs d'ânes et de mules qui fréquentent ces pages.
Vers la mi-décembre, la presse locale a relayé la décision du conseil d'administration de l'association des Thiaulins de Lignières, dans le Cher, d'organiser cette année encore sa traditionnelle foire aux ânes et aux mules de la Pentecôte (lundi 20 mai 2013).
Depuis plusieurs années, nous craignions tôt ou tard le tarissement de cette initiative, épuisante et chronophage pour les membres de Thiaulins, et je n'aurais pas parié, le soir de la fête 2012, sur le maintien de cette manifestation une année supplémentaire.
Néanmoins, et tout le monde est à peu près d'accord sur ce point, la foire ne pourra durer dans l'état bien des années encore et ça serait une bonne chose que les éleveurs partenaires de cet événement, et pas seulement ceux membres des associations locales, puissent être associés à la réflexion sur l'avenir de ce qui a été longtemps la locomotive de l'élevage asin en France et qui reste une référence en la matière.

Par Olivier Trotignon - Publié dans : actualité - Communauté : Monde Animals
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 28 décembre 2012 5 28 /12 /Déc /2012 09:34

musée-Bertrand-1

 

La très riche iconographie contemporaine traitant de l'âne du Berry, essentiellement sous forme de cartes postales anciennes, s'est enrichie en 2012 d'une œuvre supplémentaire. En effet, les services spécialisées de la Gendarmerie nationale ont saisi un petit tableau dérobé au musée Bertrand de Châteauroux en 1987. Cette prise a permis à cette huile sur toile de Fernand Maillaud de réintégrer les collections publiques en 2012, et d'offrir au visiteur une jolie vue d'artiste de la foire de la Berthenoux, dans l'Indre, dans la première moitié du XXe siècle.
Sur cette toile se trouve figuré un bel âne noir équipé d'un bat, attaché au milieu de la foire.
J'en profite pour signaler à mes lecteurs que si l'une ou l'un d'entre eux possède un tableau impliquant un ou plusieurs ânes berrichon(s) et pouvant avoir une valeur documentaire (les œuvres récentes n'ont pas d'intérêt), il est possible de m'en envoyer une photographie avec un petit commentaire que je reproduirai en conservant le strict anonymat de l'expéditeur.
Une adresse: berrymedieval#yahoo.fr (le # sera remplacé par @, afin de tromper les robots générateurs de spams).

 

musée-Bertrand-2

Par Olivier Trotignon - Publié dans : Histoire - Communauté : Monde Animals
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 12 décembre 2012 3 12 /12 /Déc /2012 22:13

ânes-modifiés

 

 

Vous avez peut-être déjà été tentés, comme moi, de vous intéresser aux ânes élevés dans l'espace anglo-saxons. Forums, sites internet et blogs sont naturellement rédigés dans la langue maternelle des âniers anglais, irlandais, américains, sud-africains ou australiens.
Comme chez nous, le vocabulaire commun de l'élevage équin peut permettre d'exprimer un certain nombre de situations banales, mais il existe aussi un lexique spécifique au monde de l'âne.
Les races françaises n'ont pas d'équivalents dans les pays anglophones. Les gens utilisent donc nos appellations. Le mot Poitou sert de nom propre et d'adjectif. Il m'est arrivé de lire le terme Grand Noir mais en règle générale, en dehors de l'espace européen, nos races, tout comme celles d'Espagne ou d'Italie, sont peu connues. Les animaux de taille moyenne à haute sont classés comme "standard" et "mammoths", termes génériques qui peuvent correspondre à la plupart de nos animaux.
En Amérique, on ne parle pas de races naines, terme jugé péjoratif, mais de "miniature". Le mulet et la mule ne se distinguent que par l'emploi des pronoms personnels masculins ou féminins, alors que l'âne en général "donkey" est bien différencié de l'ânesse "jennet". Par commodité, on utilise les diminutifs "donk" et "jenny". L'ânon, mâle ou femelle, est dit "foal", également utilisé comme verbe: to foal=mettre bas. Ce nom est aussi utilisé pour les poulains, parfois appelés ""colt".
Comme nous avons créé un mot pour l'hybride âne/zèbre (zèbrane), les anglo-saxons ont leur "zedonk".
On trouve un terme spécifique pour le mâle entier, "jack" et, pour le reproducteur, on parle de "breeding jack". To gueld signifie castrer, donc un "guelded" se traduira par "hongre".  To bray est la traduction de braire.
Quelques termes spécifiques aux USA. Les animaux revenus à l'état sauvage, en Arizona, par exemple, sont appelés, à l'hispanique "burros". Nos confrères éleveurs se mobilisent là-bas régulièrement contre des campagnes d'abattage de ces pauvres bêtes par hélicoptère.
Les texans parlent de "tank", en fait un trou d'eau où viennent boire les bêtes.
Une curiosité, enfin: dans les plaines du Middle-west, régions à tornades, sont installées des sirènes pour alerter les gens en cas d'arrivée d'une trombe. La fréquence de ces signaux est proche de celle du braiment de l'âne: une de mes correspondantes voit tout son troupeau se mettre à brailler lorsqu'ont lieu les tests de fiabilité de la sirène du village voisin, alors que les bêtes se moquent complètement de la sirène d'incendie!

Par Olivier Trotignon - Publié dans : vocabulaire - Communauté : Monde Animals
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Visiteurs


  29916 visites au 1 août 2014

Merci de votre intérêt pour le Grand Noir!

géographie des visiteurs

Recommander

NON aux éoliennes géantes

Non aux projets d'implantation d'éoliennes industrielles sur les communes en Boischaut!
Visitez le lien suivant:
le livre de Meslon: non à l'éolien industriel 

Texte Libre

Free Leonard Peltier

 

 

arton53

 

 

If you are american citizen, please, help us to set Leonard Peltier free. This american-indian, member of American Indian Movement, is in jail since 1976. Many people and I believe this man is not a criminal, but a political prisonner, the oldest in the world.
If you believe in Justice, ask, if you can, your local politicians to listen to our call.
Check and share this link:

 

leonard peltier

 

Thancks a lot.

Catégories

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés